Texte de Mathieu Mohler[1], photos d’Antoine Versluys.

« Vers [verre] la lumière ! », notre cri retentit devant Notre-Dame. C’est le départ empressé, la course même vers Saint-Sulpice. Une autre équipe nous talonne, nous suit plutôt, profitant de notre itinéraire choisi d’instinct par les deux autochtones de notre équipe.

Notre équipe est celle des maîtres verriers ; ça tombe bien, parmi nous Soline est vitrailliste. Elle est venue exprès de Lorraine, et moi de Franche-Comté, pour que Conques II – très fameuse communauté de cet été 2021 – soit réunie au complet avec Ana et Claudia, qui sont venues de Versailles. Nous avons aussi du renfort : trois équipiers franciliens nous accompagnent… vers la lumière !

Notre mission : reconstruire Notre-Dame (y contribuer avec nos modestes ressources). Comment ? en acquérant les techniques et les outils de ses illustres bâtisseurs. Problème : la concurrence féroce (mais bienveillante) d’autres apprentis de CASA et d’Héritages[2], eux-aussi réunis en équipes rivales (mais honnêtes). Terrain de chasse : le Quartier Latin autour de Saint-Séverin, Saint-Sulpice, Saint-Germain-des-Prés, l’Hôtel de Cluny et le Collège des Bernardins.

Pardonnez ce style un peu militaire. C’est qu’il fallait quelque habileté tactique et esprit d’équipe pour amasser les marques de tâcheron, seule monnaie gage de victoire.

Pas de scholastique, que des travaux pratiques. En main, une carte du XVIIIe – … siècle bien sûr – on court, on se faufile à travers les touristes, les autos, les vélos, les cyclos, tout le decorum XXIe, le temps est compté ! On arrive à Saint-Sulpice, le XVIIe, le XVIIIe ; le temps nous est conté. De mystérieux personnages nous guident à travers la vaste forêt de colonnes et de pilastres de cette église du Grand Siècle. Par bonheur, j’oublie tout des mièvreries saint-sulpiciennes, du catéchisme en images d’Épinal, des statues naïves en plâtre peint fabriquées en série. J’ai sous les yeux les peintures murales d’un Delacroix et des marbres sculptés par Bouchardon. Vers le Ciel : saint Michel et la milice céleste terrassant les ténèbres dans l’éclat de couleurs divines. Au chœur, le Christ, la Vierge et des apôtres délicatement incarnés dans la pierre.

Nous avons les réponses, on les écrit dans notre carnet. Un jeu de mémoire et nous gagnons des outils. Ça promet quelques marques de tâcheron. On fonce à l’Hôtel de Cluny, et on se laisse impressionner par le flamboyant gothique de sa façade. Pas une seconde à perdre, après un crochet vers le Panthéon pour une poignée de marques en plus, on atteint Saint-Germain-des-Prés. On finit de remplir le cahier par un alexandrin – Esprit de la matière, il savait 2 π R. [qui suis-je ?] – et on arrive victorieux (ou pas) à Notre-Dame. Notre course folle est récompensée par quelques explications d’un vrai architecte, vraiment ému, Philibert Marquis (l’un de ceux qui travaillent actuellement sur le chantier de la cathédrale) et un goûter bien mérité. Quelle aventure !


[1] Guide de CASA depuis 2019, Mathieu est officier de l’armée de Terre dans l’arme du génie. Il a été guide à Vézelay en 2019, à Marseille en 2020 puis à Conques en 2021.

[2] Le jeu de piste était organisé par CASA et Héritages. Créée en 2019, l’association Héritages a pour objectif de rendre la culture, l’histoire et le patrimoine accessibles aux jeunes.

Tags:

Pas encore de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Translate »